• "Car Je est un autre." Rimbaud

    Lacan - Le moi (Séminaire II, 1954-55)

       

    Ce séminaire dont le titre complet est "Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse", tout comme en son temps "Au delà du principe de plaisir" (1920), vise à rappeler la fonction fondamentalement aliénante du Moi, noyau de résistance, instance imaginaire et puissance trompeuse qui brouille la soumission à l'ordre symbolique et l'insistance des paroles fondatrices. Dans le même temps, et corrélativement, il s'agit de dénoncer la récupération de la psychanalyse par la psychologie et l'impossibilité de la réduire à un savoir et, par la suite, à une technique de reconfiguration du moi. Ce moi est bien ce qui est lui-même identifiable à un savoir, or la vérité qui nous mobilise est ailleurs et sera toujours de l'ordre du surgissement, hétérogène à tout savoir constitué.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "Ce que tu as hérité de tes pères, acquiers-le pour le posséder." Goethe

     

    Si le totem est enfoui dans la préhistoire et peut être tenu pour l'origine des formes religieuses, en revanche le tabou persiste aujourd'hui dans des interdits catégoriques et constitue l'origine de la conscience morale et de toute législation ; il formule des interdits confondant le sacré et l'impur, la vénération et la répulsion, et se matérialise dans l'interdiction de toucher : c'est une protection, une défense contre la pulsion d'emprise.

    Comme dans la névrose obsessionnelle, le tabou impose des restrictions, il contraint les relations avec autrui et avec certains objets, il manifeste une angoisse insurmontable et traduit des sentiments ambivalents : il doit sa force à la puissance du désir inconscient qu'il tient en respect. Ainsi sa transgression impose des conduites d'expiation et de purification. 

       

    Freud - Totem et tabou (1913)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Lacan - Le stade du miroir (1949)

       

    "Les souffrances de la névrose et de la psychose sont pour nous l’école des passions de l’âme, comme le fléau de la balance psychanalytique, quand nous calculons l’inclinaison de sa menace sur des communautés entières, nous donne l’indice d’amortissement des passions de la cité."

    "Dans le recours que nous préservons du sujet au sujet, la psychanalyse peut accompagner le patient jusqu’à la limite extatique du « Tu es cela », où se révèle à lui le chiffre de sa destinée mortelle, mais il n’est pas en notre seul pouvoir de praticien de l’amener à ce moment où commence le véritable voyage."

     

    Texte intégral - pdf

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  "Mais tant qu'une civilisation n'a pas dépassé le stade où la satisfaction d'un certain nombre de membres a pour condition l'oppression des autres, qui sont peut-être la majorité, et c'est le cas de toutes les civilisations actuelles, il est compréhensible que ces opprimés développent une hostilité intense envers la civilisation qu'ils rendent possible par leur travail, mais dont les biens ne leur échoient que pour une petite part."

     

    Le titre de ce court essai est assez théâtral : d'une part il présentifie l'image d'un Freud prophète annonçant les temps futurs, d'autre part il condense un paradoxe, car dans l'opinion commune une illusion est par définition sans avenir. Un tel titre renvoie donc aux enjeux politiques et culturels de la question religieuse, plus qu'à la construction de la théorie psychanalytique. 

       

    L'Avenir d'une illusion (1927)

    Lire la suite...


    votre commentaire