• Freud - L'Avenir d'une illusion (1927)

     "Mais tant qu'une civilisation n'a pas dépassé le stade où la satisfaction d'un certain nombre de membres a pour condition l'oppression des autres, qui sont peut-être la majorité, et c'est le cas de toutes les civilisations actuelles, il est compréhensible que ces opprimés développent une hostilité intense envers la civilisation qu'ils rendent possible par leur travail, mais dont les biens ne leur échoient que pour une petite part."

     

    Le titre de ce court essai est assez théâtral : d'une part il présentifie l'image d'un Freud prophète annonçant les temps futurs, d'autre part il condense un paradoxe, car dans l'opinion commune une illusion est par définition sans avenir. Un tel titre renvoie donc aux enjeux politiques et culturels de la question religieuse, plus qu'à la construction de la théorie psychanalytique. 

       

    L'Avenir d'une illusion (1927)

    *  *  *

    La civilisation se caractérise non seulement par les outils, biens matériels et institutions dont se dote l'homme, mais aussi par ses productions intellectuelles, scientifiques, artistiques, morales et enfin religieuses. Il s'agit ici d'examiner le statut de la religion et de ses représentations, dont le caractère aliénant a déjà été pointé par Marx. En effet, on peut les penser comme des productions essentiellement coercitives, participant plus ou moins heureusement à la nécessaire répression des pulsions.

    En leur attribuant le statut d'illusions, Freud corrobore leur caractère factice mais il révèle aussi la puissance des déterminismes psychiques : Dieu et la religion constituent des satisfactions détournées, ils répondent à un désir originel de protection et préviennent collectivement l'angoisse liée à l'hilflösigkeit, à l'immense désarroi de l'homme jeté dans le monde. Mais l'analyse des causes psychiques ne suffit pas à congédier le symptôme : la question est de savoir ce qui peut advenir à la place ? 

    L'opuscule n'est pas d'une grande portée théorique : dans la lignée de Totem et tabou (1913) et de Psychologie des foules et analyse du moi (1921), il transpose les concepts élaborés par la psychanalyse à l'étude d'un phénomène de masse prépondérant, la religion. Le texte de Freud fait donc une large place aux objections et aux critiques auxquelles il sait s'exposer en déconstruisant le mythe religieux, nonobstant son rôle civilisateur et le réconfort qu'il apporte. Il est aussi l'occasion pour Freud d'esquisser, en 1927, une utopie : que chacun s'étant défait des satisfactions illusoires et infantiles, chacun s'étant avoué "l'ampleur de son désarroi" et faisant face à la réalité, il sera possible de compter sur sa propre force, d'apprendre à s'en servir judicieusement pour enfin se réconcilier avec les impératifs de la civilisation. 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Vous devez être connecté pour commenter