• Notes sur le symptôme / sinthome

    Notes sur le symptôme / synthome“A dangerous method” de David Cronenberg (2011) 

       

    Du Symptôme au Sinthome

     

    « Symptôme » et « Formation de symptôme » (DIP par Augustin Jeanneau & Roger Perron)

    Du grec : « ce qui tient ensemble » - Signe ou indice d’une perturbation fonctionnelle : le S a un sens, et sa compréhension relève de la sémiologie.

    Comme le rêve, il est surdéterminé (par condensation et déplacement) car c’est une formation de compromis (entre défense et décharge pulsionnelle) par lequel le désir se fraye une voie vers la satisfaction, mais là où le rêve produit des images, le S relève de l’expression corporelle, du somatique (conversion hystérique, évitements phobiques...), cad. de comportements isolés et à ce titre volontiers reconnus comme pathologiques.

    Freud, 1911 : la formation de S ne s’enracine pas dans le souvenir mais dans le fantasme.

    Rem 1 : le S n’est pas de l’ordre de la défense (qui, comme l’acte manqué ou la névrose, ignorent leur raison inconsciente = refoulement) mais de la décharge / satisfaction / décompensation

    Rem 2 : le S est convoqué par l’angoisse qui signale la défaillance des défenses (refoulement inefficace) devant la poussée pulsionnelle

    Rem 3 : on voit que selon Freud, le S est constitué par la pulsion elle-même (en quoi il diffère de l’inhibition).

     

    « Le sinthome », Introduction à la lecture du livre XXIII, par Sophie Marret-Maleval (ECF)

    http://www.causefreudienne.net/le-sinthome/

     

    * Le séminaire sur Joyce marque une rupture avec la conception freudienne de l’ics (comme étant à déchiffrer) ; le symptôme n’est alors plus signifiant, il n’est plus formation de l’ics, il est même ce qui abolit le symbole et par là se trouve désarrimé de l’ics. Dans le même temps, Lacan remplace le sujet par le parlêtre (le corps parlant) en ce qu’il n’est plus champ signifiant mais résulte du nouage entre R, I et S.

    * le sinthome est défini comme le noyau du symptôme => « le trognon du réel », ce qui résiste à l’analyse ou en tous cas ce qu’elle isole ; si le symptôme freudien se guérit, le sinthome doit trouver sa fonction, son bon usage.

    * c’est « une pièce détachée » (JAM) qui dysfonctionne, qui entrave, à laquelle il s’agit de trouver une fonction. Dans le même temps, le corps est conçu comme « un amas de pièces détachées » dont l’unité est une fiction (mythe de l’individu, leurre de la vision), or l’unité (l’Un) est supportée non slt par l’image spéculaire (I), par l’identification à l’Autre (S) mais aussi par le Réel.

    * la jouissance noue le corps et le symbolique ; elle est infinie, relève du réel sans loi et est radicalement hétérogène au signifiant ; cette jouissance est celle du symptôme, c’est le sinthome.

    * chez Joyce, le sinthome est une suppléance du père, du phallus (dont la fonction de nomination doit normalement assurer la conjonction du S et du R, i.e assurer le référent des noms dont il dispose)

    * quand le Nom-du-Père est aussi le Père-du-Nom, tout se tient, mais le symptôme n’en est pas moins nécessaire, car « le père est un sinthome »

    > le symptôme est conçu comme hors discours : il « ne dit rien à personne, il est chiffrage (du réel) et il est jouissance, il est jouissance pure d’une écriture »

    * rebelle à l’ics., le sinthome ne représente pas le sujet

     

    Le « sinthome » (saint-homme) chez Lacan (DIP par Valentin Nusinovici)

    Chez Lacan, le symptôme est défini de plusieurs manières :

    [1953] – le S relève de la construction métaphorique, il est soutenu par une articulation de signifiants mais le signifié / référé en est obscur (parole enclose à déchiffrer)

    Rem 1 : le symptôme est source de jouissance.

    [1974] – le S est « ce qui vient du Réel », se déploie dans le Symbolique, mais n’est pas représenté dans l’Imaginaire

    > pour Lacan, le S est la façon dont chacun jouit de son inconscient ; la cure ne vise pas la normalisation mais un « savoir faire avec le symptôme » au lieu d’une jouissance de celui-ci.

     

    « Du symptôme au sinthome : la psychose lacanienne », par Philippe Julien (CAIRN.INFO)

    http://www.cairn.info/revue-la-clinique-lacanienne-2001-1-page-63.htm

    [1974-75 séminaire RSI ] - le sinthome est le quart élément du nœud RSI : à fonction compensatoire, il fait tenir ensemble les 3 ordres et il relève du Père (Nom-du-père ou plus précisément Père-du-Nom), cad. d’un dire.

    Dans l’analyse, cette fonction de sinthome est occupée par le psychanalyste dont on se passera à condition de savoir s’en servir (fin de la cure).

     

    Def. par Sidi Askofaré in « Le génie du sinthome » (Texte de l’intervention prononcée à Nantes le 8 Avril 2006 à la Journée d’étude organisée par Régnier Pirard sur le thème « Se passer du père ... »)

    http://w3.erc.univ-tlse2.fr/pdf/le_genie_du_sinthome.pdf

    « ce qui supporte la fonction de nouage du père et la fonction de jouissance de l’inconscient en se passant du Nom-du-Père »

    >idée relativement ancrée chez la plupart que la psychanalyse est consubstantiellement liée à la névrose – donc au père

    => thèse d’une psychanalyse lacanienne : « Ni héroïsme de la « traversée du fantasme » ni pathétique de la destitution subjective, du désêtre ou de la « réalisation du complexe de castration », mais une identification, un savoir y faire avec ce que le parlêtre a souvent de plus réel : son symptôme, le support singulier de irréductible contingence. »

     

    Séminaire « Le sinthome et Ulysse » Michel Vaquié, Collège clinique de Toulouse Séminaire de lectures séance du 11 mars 2006

    http://www.math.univ-toulouse.fr/~vaquie/marque/ulysse.pdf

    Le sinthome, le quart terme, est l’élément qui répare le nœud.

    “C’est bien là que gît le ressort de l’erreur de penser que ce nœud soit une norme pour le rapport de trois fonctions qui n’existent l’une a` l’autre dans leur exercice que chez l’être qui, de faire nœud, croit être homme.” (Séminaire « Le sinthome », leçon du 18 novembre 1975).

     

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :