• Un titre en forme d'interpellation ou d'injonction : qui dit cela ? De quoi est-il question ?

     

             Soudain surgit le corps malade, vieilli, handicapé, soudain devant moi le corps entamé, difforme ou souffrant. C'est l'autre, heureusement. Mais un jour "ce que je redoute m'arrive", et me voilà à mon tour meurtri, diminué. Soudain le corps ne répond plus, il devient poids de souffrance ou d'impuissance.

     

             Ce que l'on croyait connaître, ce que l'on croyait maîtriser à force de science (biologique, chimique, génétique), à force de chirurgie, de diététique et de normes socio-culturelles, le corps, ce fétiche post-moderne, se révèle soudain d'une mystérieuse opacité, palpitant d'inquiétante étrangeté.

        http://www.editions-eres.com/couvertures/img150/2807.jpg

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    http://lusile17.l.u.pic.centerblog.net/32783395.jpg

       

    Largement en tête des expressions les plus prisées, quel que soit le contexte, le lieu d’où l’on parle, on trouve cette périphrase magique : prendre en charge

    A la Poste, un conseiller clientèle s'empressera de vous "prendre en charge", idem chez votre assureur où l'on "met tout en oeuvre pour prendre en charge votre appel"; consciente de ses responsabilités, l'Education Nationale quant à elle prend vaillamment en charge les inégalités, et votre banque n'est pas en reste, qui généreusement se propose de prendre en charge votre demande de prêt.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un mot en vogue, un horizon de campagne, une noble exhortation, souvent dans le sillage de MORALE. Sur le site de l’Elysée, on lit par exemple que « le Président veut créer une République exemplaire et une démocratie irréprochable.»

    EXEMPLE est un mot curieux, d’abord parce que contrairement à la plupart de ses acolytes, il a conservé à travers les âges une remarquable stabilité sémantique : pas une ride, aucun des appauvrissements couramment déplorés. C’est peut-être de ce que l’EXEMPLE tient en équilibre, exprimant une improbable tension : depuis le latin exemplum, il est à la fois échantillon et modèle.

        http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTr0rw7BZ3PIeFBGOkW2ylqfz4AvFjizXdLZc_oixq47_rJX6rlxXMwJ68Qow

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

    http://www.ac-grenoble.fr/college/nerval.pierrelatte/img/HistArts/benetton1.jpg

       

     "You don't have to live next to me, just give me my equality"

    Nina Simone

     

    Il y a comme ça des mots magiques, sortes de mantras, qu'on peut proférer à tout bout de champ et qui vous garantissent immédiatement la révérence publique. Depuis les campagnes de Benetton, la diversité est à la mode, relayée par la ferveur de quelques politiciens zélés et de nos bienveillants managers, tous blancs comme neige en matière de discrimination. Le mot entre en résonance avec d'autres signifiants connotant le joyeux « vivre ensemble » comme multiculturalisme et métissage (importés des States), mixité et pluralité (produits du terroir).

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • http://www.quirao.com/qimage/p/moy300/p1/masque-de-venise-commedia-dell-arte-trifaccia-1490.jpg    

    Voilà un mot qui en dit long sur notre culture : s'enracinant au plus profond de nos valeurs, il est aujourd'hui partout brandi, comme le garant même de l'honnêteté, ni plus ni moins. 

     

    L'étymologie, toujours bonne à interroger, nous dit que le mot (transparens) n'est attesté qu'en latin médiéval, c'est-à-dire chrétien, à partir du préfixe trans, « à travers », et du verbe pareo, « apparaître, se montrer » (et en latin classique, ce verbe avait aussi le sens de « se soumettre, obéir, céder ») ; il signifiait donc « ce qui se montre à travers, ce qui est dévoilé ».

    Lire la suite...


    votre commentaire