• Un titre en forme d'interpellation ou d'injonction : qui dit cela ? De quoi est-il question ?

     

             Soudain surgit le corps malade, vieilli, handicapé, soudain devant moi le corps entamé, difforme ou souffrant. C'est l'autre, heureusement. Mais un jour "ce que je redoute m'arrive", et me voilà à mon tour meurtri, diminué. Soudain le corps ne répond plus, il devient poids de souffrance ou d'impuissance.

     

             Ce que l'on croyait connaître, ce que l'on croyait maîtriser à force de science (biologique, chimique, génétique), à force de chirurgie, de diététique et de normes socio-culturelles, le corps, ce fétiche post-moderne, se révèle soudain d'une mystérieuse opacité, palpitant d'inquiétante étrangeté.

        http://www.editions-eres.com/couvertures/img150/2807.jpg

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    http://lusile17.l.u.pic.centerblog.net/32783395.jpg

       

    Largement en tête des expressions les plus prisées, quel que soit le contexte, le lieu d’où l’on parle, on trouve cette périphrase magique : prendre en charge

    A la Poste, un conseiller clientèle s'empressera de vous "prendre en charge", idem chez votre assureur où l'on "met tout en oeuvre pour prendre en charge votre appel"; consciente de ses responsabilités, l'Education Nationale quant à elle prend vaillamment en charge les inégalités, et votre banque n'est pas en reste, qui généreusement se propose de prendre en charge votre demande de prêt.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • http://www.quirao.com/qimage/p/moy300/p1/masque-de-venise-commedia-dell-arte-trifaccia-1490.jpg    

    Voilà un mot qui en dit long sur notre culture : s'enracinant au plus profond de nos valeurs, il est aujourd'hui partout brandi, comme le garant même de l'honnêteté, ni plus ni moins. 

     

    L'étymologie, toujours bonne à interroger, nous dit que le mot (transparens) n'est attesté qu'en latin médiéval, c'est-à-dire chrétien, à partir du préfixe trans, « à travers », et du verbe pareo, « apparaître, se montrer » (et en latin classique, ce verbe avait aussi le sens de « se soumettre, obéir, céder ») ; il signifiait donc « ce qui se montre à travers, ce qui est dévoilé ».

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La dépendance, le mot est galvaudé dans nos sociétés folles d'étiquetage, pour qualifier ceux d'entre nous qui ne peuvent subvenir à leurs besoins les plus élémentaires : se nourrir, se laver, se déplacer. Pour le reste, malgré la complexité, et même l'extrême raffinement, des besoins de l'homme, la question de la dépendance ne se pose pas... On aurait pu, par exemple, poser le problème de la dépendance culturelle, mais enfin non. Il y a aussi la dépendance économique, mais celle-là, elle va de soi ; on a d'ailleurs coutume de présenter les pauvres comme dépendant des largesses des riches, sans voir que le contraire est peut-être encore plus vrai... La dépendance est souvent à double sens, mais bon, on ne va pas épiloguer.

        http://24.media.tumblr.com/tumblr_lyfac0DTK31qms8f9o1_500.jpg

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • FemmeSeule.jpg    

    Récemment, ici et là en France, des pères qui s'estiment privés de leurs droits sont montés sur des grues. La presse, et donc les pouvoirs politiques, s'en sont émus.

     

    Rappel : En 2010, 1 famille sur 5 est dite monoparentale. 9 fois sur 10, c'est une situation consécutive à un divorce ou à une séparation. Dans 85 % des cas, c’est la mère qui a la charge des enfants. 1 sur 3 vit sous le seuil de pauvreté. Le taux de pauvreté des femmes seules a augmenté de 4 points entre 2001 et 2010, passant de 28 à 32 %, quand il n'augmentait que d'1 point pour l'ensemble de la population (7,8 %)... *

    Lire la suite...


    votre commentaire